mercredi 13 septembre 2017

[Dons] par Les Auteurs du Noir



Résumé :

D’organe, de tissu, de plaquettes, de sang, le don est le plus beau cadeau que l’on puisse faire. Il est essentiel.
Combien de vies sont sauvées chaque année par un don ? Peu par rapport au nombre de patients en attente d’un greffon.
Pour cette quatrième saison, les auteurs du noir ont décidé de mettre en avant ce geste. Écrire sur les transplantations, pour ces malades en attente, pour ces vies sauvées, pour faire changer d’avis, pour être tous donneurs.
Les droits d’auteur sont majorés de 50 % et reversés intégralement à FRANCE ADOT.

Avis :

Voilà un recueil de nouvelles sur lequel vous ne pouvez pas passer à côté ! 

Avant tout, il a été écrit pour la bonne cause. Le don d'organes est une cause extrêmement importante et même vitale. C'est un sujet sur lequel les gens sont peu sensibilisés je trouve. Sans le don d'organes, du sang, de moelle osseuse ou encore de tissus humains beaucoup de gens ne pourraient pas survivre.
Et puis quand on voit qui a écrit pour ce recueil....et bien on craque ! 
Je ne connaissais pas tous les auteurs mais il y a quand même de très grands auteurs comme Franck Thilliez, Jacques Saussey ou encore Ian Manook.

Je ne vous parlerais pas de toutes les nouvelles mais seulement de mes trois préférés. Je parlerais seulement de celles qui m'ont scotchées et qui m'ont même fait verser une petite larme.

Et je vais commencer par la nouvelle de la belle Claire Favan ! 
Un petit garçon a perdu sa maman. Lui et son père ont beaucoup de mal à s'en remettre. Cette mère a fait don de ses organes. Ce fils va avoir une idée un peu folle et surtout pas très légale pour faire son deuil...
Au début j'étais surprise car ce n'est pas dans le style de Claire Favan d'écrire ce genre de nouvelle. Mais à la fin j'ai été scotché et j'en ai pleuré. C'est une histoire surprenante et extrêmement bien écrite. Ce garçon m'a bouleversé. Au début on se dit que son idée est très étrange mais quand à la fin il explique pourquoi il a fait tout ça, on a juste envie de le prendre dans nos bras et de lui dire que ça va aller. C'est la nouvelle que j'ai le plus appréciée.

Ensuite il y a la nouvelle de Bob Garcia. Je n'ai pas encore lu de livre de cet auteur mais à la fin de l'été j'ai eu la chance de le rencontrer et je vous conseille d'aller le voir tellement il est adorable !!
Une jeune femme est sur le point de mourir mais avant elle veut faire une révélation à son compagnon....
Cette nouvelle aborde un thème très intéressant qui est celui de la mémoire cellulaire. J'ai beaucoup aimé la manière dont il est abordé. Dans cette histoire j'ai trouvé cela très crédible. Mais cette histoire est assez étrange, surprenante. Cette fameuse révélation peut paraître bizarre mais quand on prend un peu recul j'ai trouvé ça très beau. L'amour qui unit ces deux personnages est magnifique et il n'a pas été forcé. Mais je ne vais pas trop en dire pour ne pas vous gâcher le plaisir.

Et puis la dernière nouvelle dont j'ai envie de vous parler est celle....d'Olivier Norek ! :)
Si je n'en avais pas parlé comme étant une de mes préférés je sais que beaucoup aurait trouvé cela très étrange ! Donc c'est en toute objectivité que je vais vous en parler. ;) 
Dans un hôpital, un enfant va faire la connaissance d'un autre enfant hospitalisé comme lui. Cette rencontre se fait en toute simplicité et très directement comme seuls les enfants savent le faire. C'est un point qui m'a beaucoup plu. L'échange entre eux est sincère et sans filtre. Mais cette rencontre est très particulière.....
Cette histoire est comme celle de Claire Favan, elle sort du style habituel de l'auteur mais c'est très réussi ! Dans cette nouvelle il y a un peu de surnaturel et j'ai trouvé cela très intéressant. Comme celle de Bob, le thème de la mémoire cellulaire est en arrière plan. La fin est très touchante et on a envie de verser notre petite larme. Mais cette fin, on ne s'y attend pas et c'est là qu'on est touché en plein cœur.

Ce recueil de nouvelle est un vrai gros coup de cœur ! C'est l'occasion de faire une bonne action et de découvrir des auteurs qu'on ne connaît pas ou que l'on n'a pas encore lu. 
Le thème du don sous toutes ses formes est abordé d'excellente manière à chaque fois. Les auteurs de ce recueil ont su susciter la curiosité sur l'impact que peut avoir le don.

Donc les amis, vous l'aurez compris, il ne faut pas passer à côté de ce livre !!!!

Édition : Atelier Mosesu - Date de parution : 14 Septembre 2017 - 173 pages

Le jour d'avant par Sorj Chalandon


Résumé :

« Venge-nous de la mine », avait écrit mon père. Ses derniers mots. Et je le lui ai promis, poings levés au ciel après sa disparition brutale. J’allais venger mon frère, mort en ouvrier. Venger mon père, parti en paysan. Venger ma mère, esseulée à jamais. J’allais punir les Houillères, et tous ces salauds qui n’avaient jamais payer pour leurs crimes.

Avis :

En temps normal, ce n'est pas un livre vers lequel je serais allé. Le résumé ne m'aurait pas attiré plus que ça. Mais ce qui m'a décidé à le lire c'est l'avis d'un auteur dont je suis fan de la plume, Paul Vacca. Et qu'elle ne fut pas ma surprise !

Ce livre est un hommage aux mineurs et plus précisément à ceux qui ont péris lors de la catastrophe de Décembre 1974.
Le frère de Michel était mineur et faisait partie de ceux qui travaillaient dans cette fosse. Ce frère est parti à la mine alors que son père ne voulait pas qu'il y aille. La famille de Michel est modeste, ce sont des fermiers. Les fils étaient destinés à succéder à leur père.
La mort de se frère, Jojo, va bouleverser cette famille. Le père va demander à Michel de se venger de la mine.
On suit donc Michel dans son passé mais aussi dans son présent. Comment va t il s'y prendre ?

Ce livre, en plus d'être un hommage à ceux qui ont perdus la vie dans ces mines, est un livre qui nous parle de cette vie dans le Nord de la France. Le début du livre pose vraiment les choses pour comprendre cette vie avec ses habitudes et la situation des gens à cette époque.
Il y a énormément de détails sur, par exemple, ce que portent les mineurs. C'est extrêmement intéressant et cela apporte beaucoup de crédit à l'histoire. C'est une vraie plongée dans ce monde.
On est au plus près de ce qui se passait à l'époque.
Les descriptions sont aussi très nombreuses sur les "rituels", la journée d'un mineur. Cela n'a rien d'ennuyant mais c'est nécessaire pour comprendre la dureté de ce métier. Cela donne même un certain rythme au livre.

Le rythme est aussi donné par l'alternance entre le passé et le présent. Ce présent pour Michel est aussi très sombre. Sa femme décède de maladie et il va devoir affronter de nouveau le deuil. Mais sa femme reste là en arrière plan, presque comme un fantôme. Comme son frère disparu, elle le hante mais pour Michel, c'est une manière de ne pas sombrer que de se rappeler les souvenirs avec eux mais aussi pour affronter le présent.

Quand cette vengeance, dont on se doute très fortement qu'elle va arriver, arrive on se demande comment cette histoire va pouvoir continuer. Elle se produit tôt dans le livre. Mais l'auteur arrive quand même à nous surprendre ! Une révélation dont on ne pouvait absolument pas se douter relance l'intérêt pour ce livre. Cela m'a scotché ! Mais après cette révélation, on remet en doute le bien fondé de cette vengeance. Ce personnage, que l'on apprécie et que l'on comprend, devient presque un inconnu. Mais un personnage dont on ne soupçonne pas l'importance va nous aider à le comprendre et à "justifier" cette vengeance. La fin du livre est magnifique. On ne sait pas ce qui va arriver à Michel mais on s'en moque presque. On sait qu'il est en paix avec lui même et c'est le plus important.

Ce livre est très humain. Ce n'est pas un coup de cœur mais c'est une excellente découverte. J'ai pris beaucoup de plaisir à le lire et à découvrir la vie des mineurs. L'auteur arrive à rendre cela très intéressant. On ne tombe pas dans la caricature, il y a beaucoup d'humilité et presque de l'admiration qui se dégage du livre pour ces mineurs. Ce lien entre le présent et le passé est très intéressant car on voit l'impact que cela a encore aujourd'hui avec ceux qui sont encore là pour en parler. C'est une partie de notre histoire que nous ne devons pas oublier.

Je ne peux que vous recommander de lire ce livre ! Pour ma part je vais continuer à découvrir la plume sublime de Sorj Chalandon.
Merci aux Editions Grasset et à Net Galley !



Edition : Grasset - Date de parution : 16 Août 2017 - 336 pages

samedi 9 septembre 2017

Au nom de la mère par Margaux Chikaoui


Résumé :

Notre héroïne est une " fille-sans-père ", miroir en creux des " filles-mères ". Histoire banale, histoire fatale : aventure extra-conjugale entre une jeune femme issue d'un milieu populaire et un puissant magistrat. Elle fera la connaissance de son père à l'adolescence, au terme d'une procédure judiciaire qu'il aura tenté à tout prix de freiner, avec la complicité de certains de ses confrères.
Voici l'enfant illégitime devenue jeune fille adoubée. La découverte de l'univers feutré d'un monde qui lui a toujours semblé inaccessible sera une épreuve dans sa construction personnelle. Elle se lance dans des études de droit. Atavisme, désir de revanche ? Reproduira-t-elle l'histoire maternelle ?
Le récit d'une candeur explosée face aux méandres d'une justice à deux vitesses.

" Que l'on juge nos parents faibles, méprisables, haïssables ou durs, ceux-ci sont notre tout. Ceux à qui l'on rêve secrètement de ressembler, ou ceux que l'on fuit pour justement éviter un mimétisme gênant. Ainsi, peu sommes-nous qui considé rons nos mères et pères, dans nos cœurs entiers et profonds, tels nos autres. "

Avis :

Voilà un roman qui n'est pas commun. Déjà ce n'est pas le genre de roman que j'ai l'habitude de lire. Puis c'est un roman qui traite d'un sujet que je n'ai pas vu dans un autre livre avant.

L'histoire est racontée par la jeune "fille sans père". Elle nous parle de son histoire mais aussi de celle de sa famille, de sa mère dans leur volonté à obtenir la reconnaissance du père.
On commence l'histoire un peu avant sa naissance. Ainsi on comprend mieux pourquoi cet homme ne veut pas de cet enfant à tout prix. La famille de la mère est composée uniquement de femme. La matriarche veut le meilleur pour ses filles. On ressent sa toute puissance. Elle agit pour son bien à elle mais aussi pour ses filles même si elle a une préférence pour Lara. Elle l'a voit comme celle qui peut lui succéder. Cela explique pourquoi elle s'implique autant dans l'histoire de Lara et de sa petite fille.
Les autres femmes du clan ont aussi leur importance. Elles vont ne faire qu'une autour de Lara et de sa fille.

Le livre se divise en deux parties.
Dans la première c'est toute l'action que vont mener ces femmes pour la reconnaissance de paternité.
On ressent très vite l'injustice. Ces femmes ne sont pas riches et elles sont gênantes pour cet homme dans la haute société. Il va user de tous les moyens possibles pour freiner la procédure.
Cette partie m'a plu car on aborde plutôt bien le côté procédure même si j'aurais aimé qu'il le soit un peu plus. Mais l'autrice montre bien le faite que selon d'où l'on vient la justice n'est pas la même pour tous.
Malheureusement on voit aussi que cette famille fait ça aussi pour l'argent. On pourrait dire que l'on tombe un peu dans la caricature mais je ne pense que ce soit entièrement le cas. Au fur et à mesure on voit que ce n'est plus exactement le seul enjeu. Cela apparaît au fur et mesure que la "fille sans père" grandit et nous le raconte.
Dans la seconde partie, notre jeune "fille sans père" est une adolescente qui va vouloir construire sa vie en essayant d'y intégrer ce père qui n'a pas été là toute son enfance. On est comme elle, on est très partagé sur ce que l'on doit ressentir. Peut elle lui faire confiance ? Comment l'intégrer dans sa vie ?
Il y a beaucoup de questions qui se posent pour elle et jusqu'à la fin on ne sait pas comment elle va gérer tout ça. Par moment j'étais un peu perdue dans son questionnement. Elle semble assez lucide mais a une attitude un peu naïve sur ce père. Elle le met un peu trop sur un piédestal. 

Ce fût une lecture très agréable. L'écriture est très simple, ça donne une certaine fluidité au texte. Le point de vue de cette "fille sans père", dont on ne connaît pas le nom, est intéressant car sur le début du livre on peut quand même prendre du recul. Elle nous raconte comment elle a vécu son enfance avec son ressenti mais aussi avec ce qu'on lui a raconté. Rien ne nous est caché.
Il y a quelques petites longueurs essentiellement dans la première partie quand elle nous parle de sa famille. De plus j'aurais aimé que cette première partie soit plus développé côté suspense de la procédure et surtout de ce que le père aurait été près à faire.

La fin du livre est très touchante voir même émouvante. Elle passe un cap et s'envole vers une nouvelle vie. Mais on comprend qu'elle a peur de reproduire le même schéma que sa mère. Le poids de son passé est toujours là mais elle fait preuve de courage pour avancer. On finit ce livre en se disant qu'elle peut être fière d'être arrivé jusque là et qu'elle aura un bel avenir.

Pour un premier ouvrage je trouve que c'est plutôt réussi. Les thèmes abordés sont très intéressants et nous pousse un peu à la réflexion.

C'est une autrice à surveiller ! 

Editions : Michalon - Date de parution : 24 Août 2017 - 155 pages

mardi 5 septembre 2017

Nulle part sur la Terre par Michael Farris Smith


Résumé :

Une femme marche seule avec une petite fille sur une route de Louisiane. Elle n'a nulle part où aller. Partie sans rien quelques années plus tôt de la ville où elle a grandi, elle revient tout aussi démunie. Elle pense avoir connu le pire. Elle se trompe.

Russel a lui aussi quitté sa ville natale, onze ans plus tôt. Pour une peine de prison qui vient tout juste d'arriver à son terme. Il retourne chez lui en pensant avoir réglé sa dette. C'est sans compter sur le désir de vengeance de ceux qui l'attendent.

Dans les paysages désolés de la campagne américaine, un meurtre va réunir ces âmes perdues, dont les vies vont bientôt ne plus tenir qu'à un fil. 

Avis :

Avant de vous parler du livre, je dois vous préciser que c'est une lecture que j'ai pu faire grâce à Net Galley et aussi grâce aux Éditions Sonatine. Merci beaucoup à eux !

Ce livre c'est l'histoire de deux personnes qui au départ ne sont pas censés se rencontrer. Tout semble les opposer. Ils n'ont pas grand chose en commun à part le faite de vouloir vivre, voir survivre. Ils ont tout les deux un passé très difficile.
L'un sort de prison pour meurtre, l'autre tente de s'en sortir avec sa petite fille.

Nous faisons d'abord la connaissance de Maben et de sa fille. Elles sont sur la route et veulent atteindre un lieu pour se reposer et essayer de commencer une nouvelle vie. On a pitié d'elles et on ressent très vite leur souffrance. Maben n'est pas une mauvaise mère, elle veut le meilleur pour sa fille même si elle doute de pouvoir lui offrir.

Ensuite nous faisons la connaissance de Russel. Il sort tout juste de prison après avoir tué un jeune homme lors d'un accident de la route un soir où il avait trop bu. Il ne lui reste plus rien à part son père et une maison que son père a gardé pour lui. Mais Russel n'est pas débarrassé de son passé. Des personnes lui en veulent encore et veulent se venger. On sent qu'il n'est pas mauvais dans le fond. Il a fait une bêtise et il a payé pour cela.

Un événement va faire se rencontrer Russel et Maben. Et à partir de là on va comprendre qu'ils ont quelque chose en commun. Ce quelque chose on ne pouvait pas l'imaginer. 
Sans en dire trop, ils vont s'aider l'un l'autre pour s'en sortir et tenter de vivre une vie tranquille en oubliant le passé.

Le livre commence doucement pour bien cerner les personnages. On alterne entre les deux histoires de manière à garder l'attention du lecteur. Cette alternance est parfaite car à la fin d'un chapitre il y a toujours un événement important qui va se passer mais on doit attendre de retrouver le personnage en question pour connaître la suite.
Il y a peu de dialogue parfois ou alors ils sont présentés d'une manière très intéressante. Les choses se disent en peu de mots parfois vu la relation de certains personnages entre eux. On est plus dans le ressenti dans personnages. C'est plus intéressant.
La psychologie des personnages est très réussie. On est vite plongé dans ce qu'ils ressentent. Ils partagent tout avec nous. On va vite dans l'empathie à certains moments de l'histoire. Malgré ce qu'ils ont fait, ils sont touchants. Il y a toujours un espoir même petit. Leur humanité n’a pas disparu.
Les histoires secondaires restent intéressante car elles s’incorporent à l’histoire de Maben et Russel. Elles sont plutôt abouties. L’une repose sur la vengeance et l’autre est difficile à définir. Elle concerne celui chargé de l’enquête. Cet homme est partagé entre son amitié avec Russel et ce qu’il lui cache.

Ce livre n’est pas un gros coup de cœur mais c’est une lecture qui m’a touché. Je l’ai lu vite avec beaucoup de plaisir. La fin du livre est particulièrement réussie car on tremble pour ces personnages. On veut le meilleur pour eux. On veut que ce passé ne les hante plus et qu’ils avancent.

C’est un livre que j’ai du mal à classer en temps que thriller mais plutôt en roman noir avec de la lumière, de l'espoir. Le rêve américain est ce que les personnages veulent mais pour l’atteindre il faut d’abord souffrir et faire la paix avec son passé pour entrevoir l’avenir.

Éditions : Sonatine - Date de parution : 24 Août 2017 - 450 pages

mardi 22 août 2017

The Girls par Emma Cline


Résumé :

Californie, fin des années 1960. Evie Boyd, quatorze ans, vit seule avec sa mère. Lorsqu’elle se dispute avec sa seule amie, Evie se tourne vers un groupe de filles dont la liberté et l’atmosphère d’abandon qui les entoure la fascinent. Séduite par l’aînée, Suzanne, elle se laisse entraîner dans une secte au leader charismatique, Russell. Leur ranch est aussi étrange que délabré, mais, aux yeux de l’adolescente, il est exotique, électrique, et elle veut à tout prix s’intégrer. Son obsession pour Suzanne grandissant, Evie ne s’aperçoit pas qu’elle s’approche inéluctablement d’une violence impensable.

Avis

On a tous une image des années 60/70 avec les hippies, une vie libre en dehors de la société. Mais cette vie peut aussi cacher des choses peu reluisantes.

Ici nous sommes en 1969 où nous suivons la jeune Evie Boyd. C'est une toute jeune adolescente de 14 ans qui vit avec sa mère dans une banlieue plutôt aisée. Comme toutes les ados, elle se cherche et à envie de nouvelle expérience pour faire plus que son âge. Mais un jour, elle va rencontrer une jeune fille qui va bouleverser sa vie. Cette jeune fille ne ressemble à aucune autre qu'elle connaît. Il souffle comme un vent de liberté dans son attitude. Evie va vouloir devenir amie avec cette jeune fille et se faire accepter de sa bande.

Cette histoire nous est racontée par Evie à l'âge adulte avec encore un peu du regard de cette jeune ado qu'elle a été. On sait dès le début du livre que ce qu'elle a vécu ne s'est pas bien terminé en partie.
Elle tente de cacher aux autres ce qu'elle a vécue en étant la plus discrète possible mais son passé est toujours présent et la hante encore.

Le livre se divise en quatre parties. On commence toujours une partie avec Evie, adulte, qui vit dans la maison d'un ami où elle va faire la connaissance du fils de son ami et de sa copine. Ils vont l'obliger à se souvenir de son passé sombre. C'est ainsi qu'elle raconte ce qu'elle a vécue même si elle ne s'adresse pas particulièrement à eux. Ces moments dans le présent serve à nous montrer comment Evie est maintenant. Ils sont secondaires et pas forcément très intéressant. Ils sont cependant une pause avec le passé d'Evie.
Son histoire est racontée de manière chronologique en grande partie. Mais elle a ajouté son opinion d'adulte qui a pris du recul par rapport à ce qu'elle a vécu dans cette "secte". Dès le début on sait comment cela se termine. Ce qui est donc intéressant c'est de comprendre comment elle en est arrivée là. 

Au début j'avoue avoir eu beaucoup de mal dans les 100 premières pages. Tout me paraissait flou et difficile à comprendre. Je ne situais pas bien l'histoire et les différents personnages. Le style d'écriture est très particulier. On saute parfois d'une scène à l'autre ou alors quelque chose arrive sans que l'on s'en rende compte. De plus l'histoire démarre très lentement. La mise en place est longue. Il n'y a que quand Evie arrive au ranch que les choses deviennent plus intéressante.
La construction des phrases est aussi très particulière et m'a dérangé au début pour comprendre ce qu'il se passait. J'ai donc parfois été obligé de relire des passages pour être sûr de bien comprendre.

L'histoire ne m'a pas passionnée plus que ça. Les personnages sont très étranges et j'ai parfois du mal à les suivre. Evie est très naïve et elle est vraiment prête à tout pour se faire accepter. On se demande pourquoi personne et surtout sa mère ne voit pas qu'il se passe quelque chose. Mais je pense que pour comprendre il faut dire que la mentalité et la manière d'être avec ses enfants n'était pas la même entre hier et aujourd'hui.

Ce livre c'est le reflet d'une époque à travers les yeux d'une adulte qui a gardé une part de son âme d'adolescente.

La secte de Russel ne ressemble pas beaucoup aux sectes dont j'ai pu entendre parler qui date de cette époque. Mais je ne nie pas qu'une secte du même genre à exister. Le côté mystique n'est pour moi pas assez appuyé. Cependant on voit très bien comment embrigadement se fait. C'est très lent mais c'est aussi très pervers. La Evie adulte nous le dit très bien quand elle analyse les gestes de Russel.

Côté ambiance ça rattrape l'ennui parfois de l'histoire. On image plutôt bien comment était ce ranch. On sent presque l'odeur et la saleté qui y régnait. Le côté sombre et caché de cette histoire nous apparaît aussi quand Evie, adulte, nous donne des détails qu'elle n'avait pas quand elle était adolescente.


Ce n'est clairement pas un coup de cœur. Mais ce livre est intéressant pour avoir une image, une vision de cette époque très particulière où les excès et les "sectes" étaient à l'oeuvre.

Editions : 10/18 - Date de parution : 17 Août 2017 - 360 pages