lundi 15 août 2016

L'évangile des ténèbres par Jean Luc Bizien


Résumé

Seth Ballahan, rédacteur en chef d'un quotidien américain, apprend que Michaël Wang, l'un de ses collaborateurs, est piégé en Corée du Nord. Face à l'absence de réaction de sa hiérarchie, Ballahan décide de secourir le jeune journaliste. Dans Pyongyang, la capitale fantôme où les hommes ne sont que des ombres, il cherche de l'aide auprès de Suzan, une soi-disant correspondante d'O.N.G. canadienne. Au même moment, l'inconcevable se produit : dans ce pays ultra surveillé, une série de cadavres atrocement mutilés révèle l'existence d'un tueur obsessionnel. Le lieutenant Paik Dong-Soo, brillant militaire nord-coréen, est chargé de l'enquête. A l'issue d'un parcours terrorisant, tous vont se retrouver en un lieu oublié, celui qu'annonce l’Évangile des Ténèbres...

Avis

J'ai découvert Jean-Luc Bizien grâce à David Khara mais aussi grâce à d'autres auteurs de la Ligue de l'imaginaire. La façon dont j'avais entendu parlé de ses livres m'avait donné très envie de les lire. Maintenant c'est chose faite mais je ne m’arrêterais pas à celui ci ! 
Pendant plus de 500 pages, on plonge littéralement dans le pays le plus fermé au monde : la Corée du Nord. Nous suivons deux histoires. Tout d'abord celle de Seth Ballahan, journaliste, qui veut retrouver un jeune journaliste, Michaël Wang, envoyé en Corée du Sud pour écrire un article sur les filières de passeurs qui aident les habitants de la Corée du Nord à franchir la frontière pour retrouver leurs familles au Sud. Puis nous suivons aussi une enquête menée par un lieutenant du régime sur des meurtres en série qui paraissent au début n'avoir aucun lien entre eux. Mais nous suivons aussi Michaël Wang dans sa tentative de rester en vie qui va s'avérer extrêmement difficile. Cette dernière histoire, sans trop en dire, est un peu le lien entre les deux principales.
Ces histoires s'alternent au fur et à mesure des chapitres. Passer de l'une à l'autre est parfois une vraie torture : nous sommes obligés d'attendre quelques chapitres pour savoir la suite. Mr Bizien sait très bien nous garder en haleine ! La pression est toujours là. On laisse parfois un personnage dans une mauvaise posture, en se demandant si il pourra s'en sortir quand nous le retrouverons. L'histoire du chasseur est celle qui m'a le plus effrayé. Les détails des meurtres sont très précis dans les moindres détails. Le plus effrayant est bien sûr quand on assiste à la mise à mort des victimes. Le personnage du chasseur devient donc celui que l'on redoute le plus.
Ce que l'on peut penser être des longueurs comme quand Seth Ballahan doit attendre en Corée du Sud des faux papiers pour passer en Corée du Nord ne l'est jamais. L'auteur profite de ce genre de moments pour nous parler de ce pays qui nous parait parfois très mystérieux. On sent bien que l'auteur a fait un immense travail de recherche pour nous décrire au mieux la dernière dictature stalinienne au monde. Ainsi j'ai pu apprendre beaucoup de choses extrêmement intéressante sur ce pays comme par exemple sur les différents camps de travail. Il nous donne beaucoup d'informations même celles qui pourrait paraître insignifiante mais qui en disent beaucoup sur l'atmosphère du pays. C'est ainsi que nous plongeons dans cette angoisse permanente.
Côté personnage, celui de Ballahan est le plus important. Il parait sombre et assez râleur, il m'a fait penser à un ours mal léché. C'est un américain pur souche et fier de ses origines. Donc quand on lui demande de se faire passer pour un canadien, c'est un véritable supplice pour lui ! Le personnage du lieutenant du régime est très intéressant. On comprend qu'il est bien différent des autres Nord Coréens de part son attitude, mais il respecte à la lettre (ou presque...) l'attitude qu'il est censé avoir. Il reste cependant très tiraillé entre plusieurs sentiments et attitudes à adopter au fur et à mesure que l'enquête avance. Le personnage de Michaël Wang reste pour moi assez secondaire mais les passages qui le concernent sont de plus en plus palpitants plus on avance dans l'histoire.
Ce premier tome de la trilogie est donc presque un coup de cœur. Il est très bien écrit, le rythme est là. Un gros plus du livre, ce sont les chapitres parfois très court, il marque très bien le tempo du livre. Les deux autres livres sont ma M.A.L (Montagne à lire) et j'espère les lire avec autant de plaisir ! 

Éditeur : Editions Toucan - Date de parution : 5 Octobre 2011 - Prix : 9,90 euros - 556 pages

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire