Rechercher dans ce blog

samedi 17 juin 2017

Ceux qui savent par Julien Messemackers


Résumé :

Alexandre, jeune veuf au bout du rouleau, n’a qu’un seul espoir : celui de voir guérir sa fille, Hélène, atteinte d’une maladie orpheline depuis l’âge de 6 ans. Lorsque Frederick Stern, chercheur renommé, fait irruption dans leur vie en proposant de sauver l’adolescente, Alexandre croit à un miracle. À l’institut Stern, tout semble idyllique : Hélène suit un traitement révolutionnaire et découvre l’intensité du premier amour avec Simon, un jeune patient troublant. Mais le rêve tourne au cauchemar quand Alexandre entrevoit les véritables agissements du scientifique. Alors qu'il veut prendre la fuite avec sa fille pour la protéger, il ne se doute pas de l'engrenage qu'il va déclencher...

Avis :

Découvrir un premier roman est toujours quelque chose d'unique. On part souvent du principe qu'il y aura quelques points négatifs mais on peut aussi être très surpris. Ici même si c'est un premier roman, l'auteur est un scénariste. On s'attend donc à une certaine maîtrise du rythme et de la construction de l'histoire.

Dès le premier chapitre on découvre le personnage d'Alexandre. C'est un père de famille, veuf et surtout très perturbé. On comprend qu'il a quelques problèmes avec la boisson. Mais ce que l'on comprend surtout c'est qu'il aime plus que tout sa fille, Hélène. Il est vraiment près à tout pour elle, pour lui plaire et aussi la guérir. Sa fille c'est sa bouée de sauvetage pour cet ancien pilote de course. Malgré le faite qu'il peut s'emporter facilement, chaque parent ne pourra que le comprendre dans les actes qu'il accomplira dans ce livre.
Hélène, sa fille, est une ado typique. Elle est atteinte d'une maladie très grave. Malgré les épreuves difficile qu'elle a du traverser, elle tient debout. Elle montre un côté très mature parfois. Son père, malgré ses défauts, elle l'aime et veut rester avec.
Les liens entre le père et la fille sont très touchants. On a envie qu'ils s'en sortent et que tout finisse bien pour eux.
Autour de ces deux personnages, on peut parler du professeur Magnan. C'est celui qui soigne Hélène. Il est très proche de la jeune fille. On comprend que lui aussi pourrait faire n'importe quoi pour Hélène. Mais contrairement à Alexandre, cet homme a des failles qui vont l'en empêcher en partie.

Le personnage le plus inquiétant de ce livre est, sans nul doute, le professeur Stern. Avec lui tout semble beaucoup trop parfait. Il arrive presque comme un ange dans la vie d'Alexandre et Hélène. Il va savoir les manipuler pour qu'ils acceptent le traitement. Dans le chapitre qui précède l'arrivée d'Alexandre, on le découvre grâce à l'interview d'une journaliste. Cela nous donne une idée très générale du personnage. Ensuite des retours en arrière vont avoir lieu et on va comprendre pourquoi on en arrive là avec lui et surtout le pourquoi de ce qu'il fait.

Le dernier personnage dont on peut parler est Simon. C'est un ado qu'Hélène va rencontrer à l'Institut. Ils vont se rapprocher et se lier plus que d'amitié. Ils deviennent attachants. On comprend que Simon n'est pas là par hasard. Mais il va falloir du temps pour savoir qui il est. Le seul reproche que je peux faire sur ce personnage, c'est qu'il est beaucoup trop naïf. Dans certaines situations c'était même parfois agaçant. Du coup cela a rejaillit sur Hélène qui est pourtant une jeune fille qui a de la ressource.

La mise en place de l'histoire va prendre environ une centaine de pages. Cela m'a paru un peu long mais aussi nécessaire pour bien comprendre Hélène et Alexandre. L'arrivée à l'Institut va installer au fur et à mesure des doutes du faite que tout semble trop beau. Mais quand un événement va survenir à propos d'Hélène, on comprend qu'à partir de là les choses vont s’accélérer. A partir du moment où ils vont fuir, l'action est rudement menée. Certaines scènes sont dignes d'un film à sensation. C'est là que l'on voit le talent de scénariste de l'auteur.
Le livre prend un nouveau souffle quand on va commencer à avoir des chapitres sur le professeur Stern. L'auteur se sert d'événements réels en les détournant à peine pour les incorporer à l'histoire. J'ai trouvé cela extrêmement bien réussi car il sème ainsi presque le doute. On se dit que cela pourrait être vrai et donc cela renforce la crédibilité de l'histoire.
L'intérêt du livre redémarre aussi quand les personnages vont être séparés. On se dit que tout est possible pour eux et surtout le pire. On fait plein d'hypothèses, on pense voir les choses arriver mais on se trompe souvent. La tension devient de plus en plus palpable. 
Cependant il y a un moment qui m'a semblé un peu loupé. On comprend dans un chapitre ce qu'Alexandre a fait et dans le suivant on retrouve Alexandre et on découvre comment il en est arrivé là. Ce passage gâche un peu le suspense.

Le livre aborde le thème de la génétique. Il pose beaucoup de questions à travers ce qu'il nous montre. On voit que cela pourrait dériver très vite si on ne mettait pas un peu de contrôle dans tout ça. On est un peu partagé sur la question à la fin du livre. On voit que cela pourrait aidé des milliers de personnes mais aussi conduire à des dérives très dangereuses qui pourraient bouleverser le monde.
Le thème est cependant bien abordé sans devenir trop technique et abstrait. On voit bien les deux côtés, avantages et inconvénients. Comme dit précédemment, il est aussi abordé à travers des événements qui ont existé et cela renforce la crédibilité.

Pour un premier roman, je trouve ce livre plutôt réussi. L'écriture est fluide et la construction est bien menée. Il se lit très bien et par moment on n'arrive pas à le lâcher parfois. Les personnages sont tous très intéressants malgré leur défauts à la limite du supportable parfois (naïveté de certains). 

La fin du livre n'est pas entièrement fermée et on aime à imaginer la suite possible...

Éditeur : Anne Carrière - Date de parution : 1er Juin - 315 pages

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire